RENCONTRES

Interview avec Kristian Bruck, le boss de Cazzo

Posted: 3 août 2014 à 11 h 02 min   /   by   /   comments (1)

A l'occasion de l'arrivée de Cazzo dans l'Univers Citébeur (on te rappelle que tu peux désormais trouver les meilleures vidéos du label berlinois sur Cazzo.fr), j'ai eu le plaisir de rencontrer Kristian Bruck, son nouveau boss et directeur artistique. Il revient pour nous sur les essentiels de ce studio porno gay pas comme les autres.

Bonjour Kristian, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m'appelle Kristian Bruck, je viens d'avoir 37 ans et j'ai rejoint Cazzo à la fin de l'année dernière. C'est ma première expérience dans le porno gay, même si j'en ai toujours regardé. J'ai aussi beaucoup d'amis qui en tournent. Par ailleurs, cela fait maintenant 15 ans que je travaille dans le monde de l'audiovisuel comme réalisateur et producteur.

Cazzo est devenu au fil du temps un label porno de référence. Selon toi quelle est sa spécificité, ce qui le démarque des autres ?

Je pense que les gens aiment notre côté « rough », un peu sauvage. Cazzo a imposé son propre style avec des mecs sexy et naturels qui prennent vraiment leur pied devant la caméra. Nous avons révélé des modèles qui sont devenus de véritables porn stars comme Marcel Schlutt, Tim Kruger ou Peto Coast. Ce qui nous différencie aussi, c'est l'intensité des rapports que nous filmons. On y trouve une sorte de passion qui n'est pas nécessairement « jolie » (nous avons des scènes de baise hard, avec des crachats, du fist, du fétichisme...) mais toujours très forte et très stimulante pour le consommateur.

Forcément, quand on regarde un Cazzo on pense au fantasme du mec allemand. Peut-on dire qu'un modèle Cazzo correspond à un « type » particulier ?

Pour te donner une anecdote, je voyage régulièrement à New York et à chaque fois que je parle avec des mecs et que je leur dis que je suis allemand, ils s'exclament : « Ah tu es allemand, tu dois être quelqu'un de très cochon ! ». Les allemands, et Berlin en particulier, évoquent chez les étrangers une sexualité très libérée. Pour ce qui est d'un « type » particulier pour les modèles, on cherche à mettre davantage en avant des garçons allemands, virils, attirants et surtout très authentiques. Je pense sincèrement que pour devenir acteur porno, il ne faut pas être forcément beau. Il suffit d' aimer ça, d'avoir du charisme, d'être motivé. Ce qui compte le plus, c'est l'intensité.

schlutt_feet_cazzo brice_farmer_cazzo skins_cazzo

On trouve dans de nombreuses scènes des modèles français comme Fred Faurtin, David Castan, Mathieu Paris ou Brice Farmer. A ton avis qu'est-ce qui chez les français fait fantasmer les étrangers ?

Même si dans les films Cazzo les français sont souvent actifs, je pense que la plupart des étrangers fantasment sur le cliché du petit français, un peu jeune, réservé, qui se révèle être un super passif au lit. Comme si subitement sa timidité disparaissait pour laisser place à une énorme excitation perceptible dans ses yeux. Je dois t'avouer que pour ma part, la plupart du temps quand je vois un français j'ai : « Passif, passif, passif ! » qui résonne dans ma tête (rires).

Quelles sont les scènes Cazzo que tu aimes le plus ?

J'aime toutes les scènes avec des uniformes : les policiers, les militaires, les skinheads... Je trouve que dans ces vidéos il se passe quelque chose de vraiment particulier. On est au cœur du fantasme. Dans la vie de tous les jours, je ne suis pas plus attiré que ça par les skinheads mais je trouve les scènes Cazzo avec eux très excitantes. C'est très fort, unique et très sexe.

Tu as un modèle préféré ?

J'aime beaucoup Marcel Schlutt. Mais si je ne devais en garder qu'un je choisirais Thom Barron. Il a un côté bestial qui est hyper bandant...

 Le meilleur de Cazzo est sur Cazzo.fr